Plus fort ensemble : les agglomérations d'Agen et Villeneuve se rapprochent

Signature d'une convention de coopération pour une stratégie commune autour des opérations de désenclavement du Nord-Est du département

Ce mercredi 13 janvier 2021, à la mairie de la Croix-Blanche, la convention de coopération pour une stratégie commune sur la hiérarchie des priorités des opérations de désenclavement Nord-Sud du Lot-et-Garonne à inscrire au Plan de Relance et au futur Contrat de Plan État-Région 2021-2027 (CPER) a été signée entre Jean Dionis du Séjour, président de l'Agglomération d'Agen et Guillaume LEPERS, président de l'Agglomération du Grand Villeneuvois.

Le contexte

Suite aux élections municipales de 2020, l’Agglomération d’Agen et l’Agglomération du Grand Villeneuvois ont souhaité renforcer leurs relations en travaillant sur des axes de coopération pertinents et opérationnels.

Le premier sujet qui apparaît évident tant socialement qu’économiquement est celui de la mobilité et de la liaison RN21 entre Villeneuve et Agen.

La RN21, qui relie Limoges à Lourdes, en passant notamment par Périgueux, Villeneuve-sur-Lot, Agen, Auch et Tarbes, constitue une véritable colonne vertébrale pour toutes les collectivités territoriales situées dans son environnement.

L’Agglomération d’Agen avait tendu la main lors des deux derniers mandats précédents en participant financièrement au doublement de la RN21 en dehors de son territoire. Il importe désormais de se mettre d’accord sur le calendrier et les priorités de travaux pour obtenir l’achèvement de cet axe afin qu’il soit plus rapide et plus sécurisé.

La signature de la convention de partenariat afférente est d’approuver la hiérarchie des priorités des opérations à inscrire au futur CPER 2021-2027 au niveau des deux conseils d’agglomération.

La perspective de demain

Ce qui est déjà réalisé :

La modernisation de la RN21 a été enclenchée dans les années 1990 jusqu’au CPER 2000-2006 avec un double objectif de sécurité et de gain de temps grâce à l’époque à un financement conjoint de l’Etat, de la Région, du Département et des collectivités locales.

Le CPER 2000-2006 présente notamment un volume de travaux important pour un total de près de 60 M € :

  • La fin de la déviation de La Croix Blanche
  • La mise en 2 x 2 voies du contournement des virages de Pujols
  • La déviation d’Agen-Sud
  • La déviation d’Agen-Nord
  • La déviation de Saint-Antoine de Ficalba

En revanche, le CPER suivant 2007-2013 a été celui du vide sidéral en matière de crédits injectés par l’Etat, propriétaire de la RN21 sur cette route reliant Villeneuve à Agen.

Ce qui est en cours :

Le CPER 2015-2020 prévoit 3 opérations :

  • RN21 section « La Croix Blanche – Monbalen » : après des atermoiements financiers et techniques, l’Etat a proposé, seulement le 18 mars 2019, une convention quadripartite avec l’Etat, le Conseil départemental 47, l’Agglomération du Grand Villeneuvois et l’Agglomération d’Agen à hauteur de 36 M€. Sur les 4,1 M€ financés par l’Agglomération d’Agen, seuls 228 000 € ont été appelés. C’est dire le retard pris sur cette opération.
  • RN21 section « Agen Nord » : 4 M € ont été prévus pour en financer les études. Or, à ce jour, en fin de CPER 2015-2020, l’Etat n’a pas encore appelé le moindre euro sur cette opération.
  • Plan synoptique : mise en 2x2 voies de la RN 21Section «Accès Sud Villeneuve/Lot»Section «Pujols–St Antoine de Ficalba»Section «La Croix Blanche -Monbalen»Section «Agen -Sud»Section «Agen -Nord»Section inscrite depuis le CPER 2000-2006LivréSection mise en serviceSection mise en serviceCoût total ETUDES + FONCIER + TRAVAUX = 36 M€ HT Inscrit au CPER 2015-2020Coût ETUDES + FONCIER = 4 M€ HT Section «Barreau de Camélat» (MOA : Agglo d’Agen)Coût ETUDES + FONCIER = 6 M€ HT (P.M. : Coût TRAVAUX = 54 M€ HT)Section inscrite depuis le CPER 2010-2015 DUP le 29 mai 2015Finalisation des étudesSection inscrite dans le CPER 2015-2020Section inscrite dans le CPER 2015-2020 pour les études et le foncierEtudes préliminaires réaliséesProgramme réaliséMOE fin 201980% du foncier acquis.
  • Camélat : 6 M€ (2 M€ Etat / 2 M€ Conseil Départemental 47 / 2 M€ Agglomération d’Agen) sont réservés dans le CPER pour les acquisitions foncières et les études.
    • Le marché de maitrise d’oeuvre pour les études d’avant-projet a été notifié le 30 décembre 2019.
    • Les études techniques d’avant-projet (Géométrie, Géotechnique, Trafic, Hydraulique, Ouvrages d’Art…) ainsi que les dossiers des autorisations administratives (DUP, Eau, Défrichement, CNPN…) sont en cours.
    • Une enquête origine/destination avec comptages a été réalisée sur le terrain entre les 6 et 18 juin 2020. La procédure de concertation publique est programmée du 26 octobre au 8 janvier 2021.
    • Les fouilles préventives d’archéologie pourraient être effectuées au printemps 2021 le cas échéant.
    • A ce jour 80 % du foncier a été acquis à l’amiable.
    • L’obtention de la déclaration d’utilité publique est prévue pour la mi 2022 et le démarrage des travaux pour la mi 2023.

Ainsi, si l’agglomération d’Agen n’avait pas pris ses responsabilités en 2013 pour devenir maitre d’ouvrage de l’opération pont et barreau de Camélat, nous nous retrouverions, à ce stade après un CPER 2007-2013 sans crédits, sur un nouveau CPER 2014-2020 avec un encéphalogramme plat du point de vue financier pour les infrastructures en Lot-et-Garonne.

Si les désengagements de la Région Nouvelle Aquitaine depuis 2007 sur le volet routier, sont totalement incompréhensibles pour une collectivité dont la compétence première est l’aménagement du territoire et alors même que d’autres régions, l’Occitanie en tête, accompagnent leurs collectivités de l’arrière-pays, l’Etat n’est pas moins responsable de cette situation en tant que propriétaire de la RN21.

Une vision stratégique commune de l’axe RN21

Les deux Agglomérations d’Agen et du Grand Villeneuvois s’entendent pour mettre en avant l’importance de l’axe RN21 entre Villeneuve et le nouvel échangeur autoroutier sur l’A62 à Brax via le pont et le barreau de Camélat.
Dans cette perspective, il convient d’établir une ligne de conduite commune pour le traitement de cet axe qui constitue une véritable colonne vertébrale pour toutes les collectivités territoriales situées dans son environnement.

Ainsi, ont été identifiées les opérations d’aménagement à réaliser impérativement à court terme, dans un délai de cinq à six ans, et celles qui devront suivre immédiatement après.

LES OPERATIONS IMMEDIATES (CPER 2021-2027)

Elles concernent les opérations dont les études et la maîtrise foncière sont suffisamment avancées, pour que les travaux soient réalisables sur le terrain dans le délai fixé, ou particulièrement urgentes au regard de l’accidentalité constatée.

Il s’agit :

  • Du pont et du barreau de Camélat, dont la maîtrise d’ouvrage est assurée par l’Agglomération d’Agen.
  • De la section de la RN21 « La Croix Blanche – Monbalen », sous maîtrise d’ouvrage de l’Etat.
  • De l’aménagement de trois points singuliers de la RN21, sous maîtrise d’ouvrage de l’Etat, particulièrement accidentogènes au niveau :
    • De la côte de la Belette à Bajamont.
    • De Galimas.
    • Du carrefour giratoire à construire au sud de La Croix Blanche (figurait déjà dans la section « La Croix Blanche – Monbalen ».

A ce programme de travaux à réaliser à court terme, doit également se rajouter le bouclage de l’ensemble des études, autorisations administratives et acquisitions foncières de la section de la RN21 « Agen Nord ».

Le pont et le barreau de Camélat, situés dans le prolongement des RN21 et RN1021, complèteront le réseau routier structurant non seulement à l’échelle de l’agglomération mais également plus largement au niveau du département et de la région.

Sa réalisation permettra en effet d’optimiser le réseau des routes classées à grande circulation mais aussi celui des itinéraires de transport exceptionnel, en les sortant du coeur de l’agglomération.


En outre, contraint par une saturation du foncier en rive droite de son territoire, du fait notamment des risques naturels (inondations, mouvements de terrains…), le développement économique et urbain de l’Agglomération Agenaise ne peut se faire aujourd’hui de manière raisonnée et structurée que sur sa rive gauche.

Ce développement génère un accroissement de trafic qui se traduit par des phénomènes de saturation des 2 ponts urbains existants mais également par un renvoi de tout le trafic de transit en centre-ville d’Agen du fait de l’absence du grand contournement Ouest d’Agen (appelé localement « pont et barreau de Camélat ») dont les 1ères réflexions et études ont été diligentées par l’Etat fin des années 90.

Maillon essentiel du projet « Agen Rive Gauche » visant à favoriser l’accueil des infrastructures vecteurs de développement économique et d’emplois et constitutives du pôle intermodal en plein essor, le Barreau de Camélat vise ainsi essentiellement 4 grands objectifs :

  • Désenclaver le Nord-Est (Villeneuvois et Fumélois) et le Sud-Est (Albret) du département en permettant un accès plus rapide de ces territoires à l’A62 et à la RN21.
  • Réaliser le dernier élément qui bouclera le contournement Ouest d’Agen.
  • Desservir de manière optimale le second échangeur autoroutier de l’A62, n°6.1 - Agen Ouest (démarrage des travaux imminent fin 2020), le Technopole Agen-Garonne, la zone Sun-Valley (FONROCHE), Walibi-Aqualand (1er parc de loisirs du Sud-Ouest) ainsi que la future gare LGV à proximité immédiate.
  • Contribuer grâce à la création d’un 3ème pont sur la Garonne à rééquilibrer les flux et les trafics entre la rive gauche et la rive droite et désengorger le coeur d’agglomération, en particulier les 2 ponts urbains actuels.

La section de RN21 « La Croix Blanche – Monbalen » ne peut plus attendre : la Déclaration d'Utilité Publique (DUP) a été obtenue le 29 mai 2015, elle était déjà inscrite sur le CPER 2015-2020 et son plan de financement a enfin été calé le 18 mars 2019 (convention quadripartite Etat – Département – Agglomération du Grand Villeneuvois – Agglomération d’Agen). Un atermoiement supplémentaire pour cette opération lui serait probablement fatal et constituerait un véritable coup de grâce. Cette section intégrait déjà le carrefour au sud de La Croix Blanche figurant parmi les trois points singuliers à traiter en priorité.

Quant aux deux autres opérations de sécurité identifiées, elles sont dictées par le constat de l’accidentalité sur ces zones et rendues incontournables par le retard pris dans la réalisation de l’aménagement de la section « Agen nord », en attendant son traitement.

LES TRAVAUX DE LA PERIODE SUIVANTE

Ils se concentreront sur l’opération RN21 « Agen nord » afin d’achever l’aménagement global de la RN21 entre Agen et Villeneuve sur Lot et devront suivre sans période de latence entre le bouclage des études de la période précédente et leur démarrage.

Le financement

Le CPER 2021-2027 intègre les 4 opérations mentionnées ci-dessus, en reprenant les plans de financements prévus sur le CPER précédent et en les complétant, selon les montants prévisionnels suivants :

  • Les travaux sur la RN21 « La Croix Blanche – Monbalen » : 36 M€ TTC financés par :
    • L’Etat pour 21,600 M € (60,00%) 
    • Le Conseil Départemental pour 9,374 M € (26,04%)
    • L’Agglomération d’Agen pour 4,104 M € (11,40%)
    • L'Agglomération du Grand Villeneuvois pour 0,922 M € (2,56%).
  • Les travaux du pont et du barreau de Camélat : 54 M€ HT (64,8 M € TTC) dont la répartition financière reste à définir à ce jour entre l’Etat, les Collectivités et Etablissements Publics Locaux, d’autres financeurs le cas échéant, le Conseil Départemental s’étant déjà engagé à hauteur de 13,4 M € HT (24,81%).
  • Le traitement des trois points singuliers sur la RN21 (Etudes, maîtrise foncière et réalisation) pour un montant approximatif de 11,2 M € TTC.
  • Les études de la section de la RN21 « Agen nord » : 4 M€ TTC financés par : 
    • L’Etat pour 2,400 M € (60,00%),
    • Le Conseil Départemental le Cd47 pour 1,042 M € (26,00 %)
    • L’Agglomération d’Agen pour 0,456 M € (11,40%)
    • L’Agglomération du Grand Villeneuvois pour 0,102 M € (2,56%),
    • Ces travaux sont  envisagés sur le CPER 2028-2034.

L’ensemble de ces travaux et études à prévoir au titre du CPER 2021-2027 ressort ainsi à 116 M €, la quote-part de chacun des cofinanceurs n’étant pas fixée à ce jour pour chacune des opérations.

Publié le 13/01/2021