Vœux à la presse

Jean Dionis, Maire d'Agen et Président de l'Agglomération présente ses meilleurs vœux à la presse

« Vœux 2019 à la presse de la Ville et Agglomération d'Agen » par NOBLET

Voir le dessin de NOBLET dans son intégralité.

Discours prononcé le 8 janvier 2019 lors des vœux à la presse

Mesdames et Messieurs, chers amis,

Mes premiers mots seront pour remercier le personnel du Hang’Art de nous accueillir à une heure un peu inhabituelle, pour cette traditionnelle cérémonie des vœux à la presse.

J’ai tenu à ce que nous l’organisions, ici, car ce lieu est l’illustration parfaite, en Agenais, de ce que l’on appelle un peu de façon technocratique, l’économie sociale et solidaire.

Grâce à l’association Stand’up et à sa présidente, Elodie SAUVAGE-FEREZIN, ce projet de restaurant a pu voir le jour en fédérant toutes les collectivités locales et notamment l’Agglomération d’Agen.

Le succès est au rendez-vous et je vous en félicite.

Je sais que vous avez désormais le projet de créer une société coopérative d’intérêt collectif en 2019 qui pourrait fédérer les bénévoles, les clients, les collectivités et les partenaires privés.

La Ville et l’Agglomération d’Agen seront à vos côtés pour vous accompagner dans ce nouveau projet.

J’ai pour habitude de toujours adopter un ton un peu humoristique lors de cette rencontre conviviale de début d’année.

Je ne dérogerai pas à la règle cette année.

Après tout, vous ne vous en privez pas à chaque fois que vous nous prenez à défaut sur tel ou tel sujet.

C’est de bonne guerre.

Cette année, je ne m’attarderai pas sur les Unes ou sur les titres qui m’ont fait parfois sourire, parfois rire jaune et parfois mis un peu en colère.

Comme chaque année, il y avait pourtant de la matière en 2018 !

Non, ce qui m’a frappé en ce début d’année, c’est la lecture du Petit Bleu du 2 janvier dernier.

En pages 2 et 3, j’ai découvert avec stupéfaction l’horoscope complet, signe par signe, pour l’année 2019.

J’ai bu une seconde gorgée de thé pour m’assurer que je n’étais pas encore en train de rêver.

Et bien non, vous l’avez bel et bien fait !

Je n’ignore pas le lien un peu irrationnel qui existe entre l’astrologie et les Français.

Il parait même que le numéro le plus vendu de « Femme actuelle » est celui qui est consacré à l’astrologie. C’est « Femme actuelle », me direz-vous, mais quand même.

Passé la surprise légitime, je me suis assuré de la rigueur scientifique de cette double page.

Votre astrologue, une marseillaise, semble présenter toutes les garanties pour des prévisions fiables.

Incontestablement, Suzie Gentile est à l’astrologie ce qu’Evelyne Dheliat est à  la météo.

Je n’ai pas résisté à l’envie de découvrir ce que me réservait cette année 2019 et j’ai donc immédiatement cherché les prévisions de mon signe astrologique, la Vierge.

La Vitalité est en vous. Première bonne nouvelle en début d’année, malgré quelques coups de pompe…

Je vous rassure, ça va mieux !

Toujours selon notre spécialiste, visiblement cette année, une fois n’est pas coutume, je vais abattre un travail de titan.

Je saurai également, si le besoin s’en fait sentir, rééquilibrer les budgets.

Bonne nouvelle pour les contribuables agenais !

Cerise sur le gâteau, l’avis personnel de votre consultante astrologue, je vous le livre in extenso, elle le mérite : « patience et persévérance font mieux que force et rage. Faites vôtre cette maxime en 2019. Cultivez la bonne humeur et ne vous enfermez pas dans votre tour d’ivoire au moindre problème. Rassurez-vous, les astres vous feront de sympathiques clins d’œil ».

Merci au Petit Bleu de m’avoir rassuré pour 2019.

J’attends avec impatience les prévisions pour 2020 !

Sachez, en tout cas, que cette double page a permis de beaux éclats de rire à la famille DIONIS au petit déjeuner.

Plus sérieusement, nous avons souvent évoqué ensemble les mutations profondes de votre profession dans un contexte économique difficile pour la presse, en général, et plus particulièrement, la presse écrite.

Cette année 2018 aura été marquée par un basculement dangereux.

Vous avez été pris pour cible en 2018 et c’est un signal qui doit nous alerter.

Nous savons bien que la liberté de la presse est bafouée dans tous les régimes totalitaires.

Mais cette défiance, parfois cette haine, se propagent de manière insidieuse dans des pays démocratiques.

J’en veux pour preuve les attaques régulières et violentes du Président Trump contre vos confrères américains.

Ils ont répondu à cette situation inédite en publiant, dans plus de 350 journaux, un éditorial titré : « les journalistes ne sont pas l’ennemi ».

Ici, en France, Jean-Luc Mélenchon et d’autres voudraient vous clouer au pilori comme si vous étiez responsables ou coupables des faits que vous relatez ou que vous commentez.

C’est inacceptable de la part de responsables politiques quels qu’ils soient.

On sait que votre profession ne fait pas partie des professions les plus populaires pour les Français.

Pourtant, lorsqu’on les interroge en mars 2018, à l’occasion des Assises mondiales du journalisme, à 92 %, ils considèrent que votre métier est utile.

A 75 %, ils estiment que nous avons besoin de vous pour produire une information crédible face aux rumeurs et à la désinformation.

Je partage leur avis et je vous remercie collectivement de donner une information crédible aux Agenaises et aux Agenais.

Je sais, nous savons, qu’une presse libre est le meilleur vaccin contre les extrémistes et les dictatures.

Il n’y a pas de démocratie possible sans presse libre.

Face à ce déferlement de défiance et de haine à votre encontre, je veux dire aujourd’hui que vous restez de grands privilégiés.

Votre conscience professionnelle, votre curiosité, votre appétit pour la vérité constituent pour nous les meilleurs remparts contre la désinformation.

Pour toutes ces raisons, je forme le vœu, pour chacun d’entre vous, ainsi qu’à toute votre profession de pouvoir exercer pleinement, et dans la sérénité, votre métier en 2019.

Permettez-moi, enfin, de reprendre à mon compte cette maxime de Beaumarchais, que feraient bien de méditer celles et ceux qui vous prennent pour cible : « les faits sont sacrés, les commentaires sont libres ».

Je vous remercie.

Publié le 10/01/2019